Portes ouvertes et portes fermées

Ici, c’est le bazar. Mon bazar.

Nuits sans fin

Insomnies, rêves tantôt effrayant de réalisme tantôt cauchemardesques et cruels, coups de chaud puis de froid, maux de têtes... voilà à quoi ressemblent mes nuits, ces temps-ci. Oh, il m'arrive parfois de faire de très beaux rêves, rassurants, apaisants, pleins d'amour... et de me réveiller aussi sec pour me retrouver face à l'amertume et à la frustration. Je ne dors pas beaucoup mais quand j'y arrive, ce n'est jamais reposant. Et le pire, c'est que je ne vois pas trop ça comme un problème ; ça ne me gêne pas, je ne suis pas fatiguée la journée, je ne deviens pas irritable (...)

Brume

" Es-tu vent ou nuage ? - Je suis brume." Le vent, c'est l'action. Le nuage, c'est celui qui subit l'action. Moi, on va dire que je me situe entre les deux. Brume. Je suis toujours un mélange de deux contraires. Action et inaction. Courage et lâcheté. Amour et peur. Force et faiblesse. Hurlements et silence. Patience et impatience. Hiver et été. J'ai revu Mi hier. Je ne sais plus quoi faire avec elle. La voir, ne pas la voir ? Je ne sais pas ce qui est le mieux. Ce qui est le mieux pour elle comme pour moi. A-t-elle besoin de moi dans sa vie ? Je finis par penser que non. Mais voilà, (...)

Lectures diverses et rêve éveillé

Je savais qu'Internet était une espèce de mine d'or d'informations et autres connaissances, mais je crois que ce n'est qu'aujourd'hui que je réalise à quel point exactement tout cela est immense. Un peu comme l'espace mais à dimension plus humaine ; immensité fascinante autant qu'effrayante et que personne n'aurait le temps d'explorer tout entier, même en pouvant bénéficier de plus d'une vie. Moi qui continue de défendre le livre papier, je dois quand même avouer que j'apprécie de lire les fictions écrites à la va-vite par des gens bien loin d'être des auteurs confirmés. (...)

Colère et regrets

Aujourd'hui, fête des pères, hein. Super. Bonne fête papa, où que tu sois. Enfin, non, j'ai quand même une petite idée de là où tu es en ce moment... toujours dans ta maison achetée à crédit - crédit que tu n'a certainement pas encore fini de rembourser, hein, puisqu'il te faudra environ 35 ans pour le faire, tu m'a assez rabâcher ça quand j'étais encore sous ton toit - avec ta femme, V, et la très jeune et encore innocente L. J'imagine que vous fêtez ça normalement, que tu es ravi qu'on te le souhaite, et puis que soudain tu te rappelle qu'il manque quelqu'un, que ta (...)

Retrouvailles

Et oui, hier soir, j'ai enfin revu Sol. Il était... comment dire... fidèle à lui-même. Toujours à slalomer entre son côté sérieux et perfectionniste et son côté joueur un peu fou qui le fait paraître plus jeune que son âge véritable. Y a des gens comme ça, il savent si bien conserver leur jeunesse intérieure que forcément, ça déteint sur leur physique et on se retrouve interloqué quand on entend : "et ouais j'ai quarante-cinq ans". Sol chante toujours aussi bien. Une vraie présence sur scène, un show-man à lui tout seul. Mais attention, les autres membres du groupe ne (...)

Instants de paix

Quelle étrange journée... Pourquoi étrange ? Parce que je me suis sentie apaisée à chaque heures qui passaient, qu'il n'y a pas eu un moment dans cette journée où j'ai ressenti de la peur ou de la colère. Jusqu'à maintenant. Je suis redescendue de mon petit nuage, on va dire. Cela m'a fait du bien d'avoir une journée entière à moi. Rien qu'à moi. Pas de contraintes d'horaires à respecter, de choses à faire qui m'ennuient, ou de gens qui m'agacent à voir. Juste... moi, mes rêves, le temps qui s'étire et s'étale partout, et ça me suffisait. Je me suis sentie comme à la (...)

Le retour...

Il me semble que ça fait environ huit mois, maintenant. Et il ne m'a pas manqué. Comme c'est troublant. On parle pourtant "del Sol" comme je me plais à le surnommer. Le type dont j'étais follement amoureuse il y a deux ans, devenu un ami dont je n'arrêtais pas de prendre des nouvelles. Il y avait toujours une petite place pour lui dans mes pensées. Et là, dans seulement quelques jours, je vais le revoir. J'avais tout un tas de petites manies stupides, du genre lui écrire de gentils messages, lui souhaiter son anniversaire la première - enfin, j'essayais d'être la première - et lui (...)

L'écrivain, le poète... le magicien

L'écriture, c'est quelque chose qui me perturbe. Je n'aime pas écrire, à la base. Sauf que parfois, je ne sais pas, je ne peux pas m'en empêcher. Alors, j'écris. J'ai des amis qui écrivent souvent, certains veulent même devenir écrivains. Je me souviens particulièrement des poèmes de JB ; quand il les lisait, j'en avais des frissons. En fait, dans ma tête, j'aimerais que tout ça se regroupe. Que je sois capable de fusionner les choses, d'en faire quelque chose d'unique. De mélanger l'écrivain avec le poète, le musicien avec le peintre, le chanteur avec le sculpteur, l'homme (...)

Un coup au coeur

Et dire qu'un simple film recèle tant de pouvoir... je viens de me décider à visionner le film "La belle et la bête", celui de 2017. Moi qui avait été submergé par le charme de la toute première version de Disney, je ne pensais pas m'attacher autant à cette seconde version. Contre toutes attentes, me voilà complètement bouleversée... Avec ce film, c'est comme une part de mon enfance que je retrouve soudainement. Où avait donc disparu cette part de moi ? Ces derniers temps, je me sens plutôt renfermée. On pourrait dire que je ne cherche qu'à mieux me protéger, à renforcer (...)

Instant cuisine

Je suis crevée là. Je viens de passer environ deux heures aux fourneaux. Tout ça pour un truc qu'on mangera en quelques repas. Tout va si vite. Tout part si vite. La nourriture, l'espoir, la déprime, les gens, l'énergie, la fatigue... tout cela part, revient, repart, et ainsi de suite ; un cercle sans fin. Je me demande souvent pourquoi j'ai des idées comme celle-ci, des envies de cuisiner, de faire brûler de l'encens dans toute la baraque. Des envies de faire quelque chose qui ne sera pas uniquement pour moi. Je me demande à quoi ça sert vu que personne ne s'en rend compte. Oh, (...)

Pensées troubles du soir

Et si c'était vrai ? Et si j'avais réellement des ennuis du passé à résoudre, des gens à pardonner afin de ne plus souffrir à cause d'eux ? Je songe surtout à mon père quand j'écris ça. Je pense que c'est le seul à qui je n'ai toujours pas réussi à accorder mon pardon. Pourtant, cela paraît si facile ! Après tout, j'ai bien réussi à pardonner à mes grands-parents de m'avoir manipulée et d'avoir profiter du fait que je n'étais qu'une gamine pour me mentir. J'ai pardonné à ma mère ses erreurs, en particuliers ses moments de colère ou de panique qui ne m'étaient pas (...)

Ce qu'il s'est passé...

Quand j'ai parlé d'exploser, l'autre jour, je pensais vraiment pas que ça ressemblerait à un truc pareil. Je m'explique : j'ai fini ma soirée dans une boîte très très ouverte d'esprit, si vous voyez ce que je veux dire. Ce qui est marrant c'est qu'il m'a fallut environ 24 heures de calme pour m'en remettre. Non mais faut imaginer le tableau quoi, moi qui avais jamais foutu les pieds dans ce genre d'endroit j'y suis allée et... waouh, j'ai pas les mots. En fait si, mais c'est quand même dur à décrire. Un jour je me souviens avoir lu une histoire avec un lieu fictif nommé "la rue (...)

Explosion

La musique cogne dans mes oreilles, je voudrais qu'elle ne s'arrête jamais. Qu'elle m'emporte dans sa furie, dans cette force incontrôlable qui domine tout. Plus de contraintes, plus de barrières étouffantes, plus rien d'autre que moi et mon envol. Une explosion. Un feu d'artifice. Un feu si puissant qu'il dévaste n'importe quel obstacle. C'est ce que je voudrais être à cet instant. Devenir la vraie moi. Celle qui se moque bien de savoir si ce qu'elle fait est accepté ou non. Celle qui sait que parfois il faut savoir se montrer impitoyable et qui n'hésite pas à le faire. Je pensais (...)

Moi et le changement

Souvent, j'ai des envies de changement. Je sais pas, c'est un peu comme si ça m'ennuyait de conserver quelque chose de stable pendant trop longtemps. Je me lasse vite des habitudes, ça doit être ça. Avant, mes cheveux longs ne me dérangeaient pas du tout. Et puis voilà maintenant six mois que je les ai coupés. Pas trop courts mais quand même ça fait un sacré changement. Idem pour les oreilles percées. Avant, jamais je me serais imaginée avec des boucles d'oreilles parce que je trouvais ces trucs sans intérêt. Maintenant, j'en porte et je trouve même que ça peut m'aller bien (...)

Forget the world

Rentrer chez moi, mettre de la musique, manger un truc, me poser tranquillement... c'est tout ce que je veux faire après une journée comme celle-ci. Entre des examens affreusement ennuyeux et des gens pas franchement drôles, c'était déjà pas génial mais c'était sans compter mon petit job étudiant. Un seul mot finalement pour décrire ma journée : ÉPUISANT. Alors quand je suis de retour chez moi, c'est ma délivrance. Enfin seule, enfin libre. Libre de faire ce qui me plaît, de balancer des trucs à terre, de chanter faux en gueulant, de me balader nue d'une pièce à l'autre quand (...)

Frustration

C'est complètement dingue... Je fais ça tout le temps en ce moment, je sais que c'est stupide, que ça me fait du mal, que ça ne fait que me faire rêver et soupirer, mais je le fais. Je me suis prise de passion pour les fanfictions. Et plus particulièrement les histoires érotiques, genre lemon. Je suis super à fond là-dessus, dès que je rentre chez moi, j'allume mon ordi et je vais lire. Comme je le disais, les histoires, c'est ma drogue à moi. (...)

Heures de vides

A quoi ça peut bien ressembler, des "heures de vide" ? Eh bien, j'ai quelques exemples en tête. Aller voir un film au ciné seule, une anesthésie générale de 2h, un abus d'alcool proche du coma. Ah, je pense que c'est déjà pas mal pour définir ce que j'entends par "heures de vide". En fait, là je sors d'une séance de cinéma. Environ 2h40 où j'ai oublié tout, ma vie, mes problèmes, plus rien n'existait. Il n'y avait que le film et son histoire qui m'emmenaient loin, très loin, de moi-même. Hé, chacun sa drogue ! Y en a c'est la clope, d'autres l'alcool, ben moi c'est les (...)

Un lion en cage

Je comprends rien, je comprends pas... je sais pas ce qui m'arrive, pourquoi je me sens comme ça. Super énervée, comme en colère contre quelque chose, furieuse même. A deux doigts de cogner dans un mur. Calme-toi... respire un coup, fais de la méditation, lis un bouquin... J'ai beau me répéter de me calmer, j'y arrive pas. J'en veux à la terre entière. Je fais n'importe quoi. Tout à l'heure, je courais dans l'appartement. J'ai mis la radio à fond, j'ai gueulé un bon coup ; les voisins doivent me prendre pour une folle. Mais là, ils ont sans doute renoncé à venir sonner pour (...)

Entre vie et mort

Pensées embrouillées, souvenirs confus. Une sensation de renaissance comme si j'étais morte et que je revenais à la vie, pour mourir aussitôt à nouveau. C'est l'état dans lequel je me retrouve parfois, le lendemain de soirées endiablées. Entre confusion et clarté. Perdue parce que j'ai l'impression de ne rien comprendre, de devoir ré-apprendre tout petit à petit. Cependant, il me vient aussi des éclairs d'une lucidité troublante. Comme si au milieu du brouillard je pouvais mieux repérer la discrète lumière d'une solution, d'une vérité. Un flash de souvenirs. Debout, (...)

Day of adventure

A la recherche de l'aventure, aujourd'hui ! Ce qui veut dire que je ne prévois quasiment rien, juste des brides d'idées vagues et incomplètes, et ensuite j'attends de voir ce qu'elles vont devenir. La dernière fois que j'ai fait ça, j'ai fini chez Mi avec une pote et les voisins qui sont venus squatter et on a pas dormi de la nuit. Un super plan le coup de ne pas avoir de plan, en fait. Bride d'idée numéro 1 : sortir ce soir, sans savoir où exactement ni avec qui. Pas d'heure, pas de certitudes. Juste moi et mon envie de sortir, de faire des rencontres. Bride d'idée numéro 2 : une (...)

Pour plus de lecture, consulter les archives : mai 2018, juin 2018.