Portes ouvertes et portes fermées

← Retour au journal

janvier 2019

Compter le temps

Ce n'est finalement que ça, on change juste des chiffres et des nombres et voilà, on annonce la fin d'une année et le début de la suivante. On compte le temps, on le réduit à des calculs d'heures, de semaines, de mois, d'années... encore une des causes de mon angoisse. Le temps passe et rien ne change pour moi. En revanche, tout change autour de moi. Seulement autour de moi ; moi, je regarde le film défiler comme une imbécile, la bouche close par peur de dire une sottise, les yeux figés dans la même direction parce que si je commençais à regarder avec plus d'attention les choses (...)

Attente interminable

Est-ce normal que je me sente comme une genre de loque humaine ? Peut-être que oui, puisque j'ai vraiment l'impression d'en être devenue une, ces derniers temps. Entre un sommeil lourd et sans rêve, des repas assez copieux pour que je ne ressente quasiment jamais la faim, et de longues heures de disponibles sans que je n'ai à faire quoi que ce soit de productif, je ne pense pas pouvoir me définir autrement que comme une larve. Je n'ai même pas le courage de reprendre mes séances de course, d'étirements, de séries de pompes explosives, d'entraînement au combat... je me sens si (...)

A la dérive

J'ai imaginé à quoi ressemblerait ma confession. N'étant pas ce qu'on peut appeler une croyante et ne pouvant d'ailleurs être rattachée à aucune religion, je trouvais cela comique de me dire que peut-être, un jour, j'irais dans une église me confesser. Comme si tenter de mettre des mots sur chacun de mes actes impardonnables pouvaient en changer la nature... Ce n'est pas nouveau, des idées aussi illogiques et stupides que celle-là, j'en ai tout un tas. J'en ai de plus en plus, je crois. Parfois je me dis que le mieux que j'ai à faire est justement de ne rien faire. De rester là, (...)

Cauchemars

Les nuits ne sont pas tranquilles, pas plus que les journées. En fait, quand je ne dors pas, je me sens stressée, comme si à tout moment il pouvait m'arriver quelque chose de grave et que je devais constamment être prête au combat difficile. Et lorsque je dors, je ne peux rien faire. Mes rêves sont plus forts que moi et ils me font un amer rappel de tout ce que je tente de refouler lorsque je suis éveillée. Je fais des cauchemars dont je ne me souviens jamais ; je sais seulement que ce sont des cauchemars parce que je me réveille d'un coup et qu'ensuite je pleure jusqu'à retomber (...)

Alex

Je n'aime pas vraiment mon prénom, je le trouve d'une banalité affligeante. Anna, c'est si courant, ça se prononce si facilement, ça glisse tout seul comme un putain de bonbon trop sucré sous la langue. On va dire que Alex, c'est pas mieux, hein. Sûr que c'est pas original, comme prénom. Mais ce qui en fait l'originalité à mes yeux, c'est les différents sens cachés que je raccroche à ce prénom si simple en apparence. D'ailleurs, ça aussi, c'est important ; un prénom simple mais qui cache tellement plus, c'est le parfait reflet de ce que je suis. Alex, ça peut être masculin ou (...)

Vivre et être heureux

J'ai toujours eu envie d'appliquer ces principes, d'en faire quelque chose qui me porterait à travers les difficultés. En fait, je voulais faire comme tout le monde. Je voulais trouver à quoi me raccrocher. Parce que je suis incapable de me suffire à moi-même. Une fois, dans un bar, une personne m'a dit que cela ne sert à rien de chercher à vivre avec quelqu'un si on ne sait pas vivre tout seul d'abord. La fameuse sagesse des gens de la nuit. Entre moments de folie et paroles incompréhensibles, il y a toujours une petite bride de quelque chose qui peut servir, dans les conversations (...)

Just give me a reason

Pourquoi ai-je l'impression que l'univers s'amuse à me torturer ? Peut-être parce que c'est vraiment ce qui se passe. Je ne voulais plus revoir D et maintenant je me dis qu'en dehors de lui, je n'ai pas grand-monde avec qui faire la fête dans les bars, alors je regrette le fait qu'il ne m'appelle pas et ça m'énerve d'être comme ça, d'être trop attachée aux autres. Il y a toujours le numéro de No dans mon tel. Et, allez savoir pourquoi, je lui ai écrit. Du coup, elle veut qu'on se voit et on va se voir. Demain. Une part de moi apprécie l'idée et s'en réjouit d'avance. L'autre (...)

"Tu m'as tellement manquée."

Je ne m'en doutais pas, mais alors pas du tout. Je ne sais pas comment j'ai fait pour ne pas m'en rendre compte. Comment j'ai fait pour ne pas avoir conscience de ce que je ressentais à ce niveau-là, au point de ne pas voir que No me manquait si fort... Et le plus étrange, c'est que c'est elle qui me l'a avoué la première. Elle m'a prise dans ses bras et m'a dit : "Tu m'as tellement manquée." Sur le moment, c'était la plus belle chose qui pouvait m'arriver. Mais bien sûr, après coup, mon angoisse refait surface. Et maintenant, je suis à nouveau nerveuse, j'ai peur, j'attends avec (...)

Faire un choix

Faire un choix, c'est forcément privilégier une décision au détriment d'une autre. Autrement dit, je gagne quelque chose et je perds quelque chose. La question est donc de savoir ce qui sera le moins problématique. Je ne dois pas réfléchir en termes d'émotions ou de sentiments, puisque je suis toujours incapable de me situer, à ce niveau-là. Je ne comprends pas ce qui me rend parfois si en colère que je dois faire appel à toute ma volonté pour ne pas cogner les murs et alerter mes colocataires. Je ne sais pas vraiment ce qui domine en moi lorsque je repense à No. Je suis tombée (...)

"I can't face this life alone."

Je devais retourner en cours, aujourd'hui, et je n'y suis pas allée. Au dernier moment, j'ai fait demi-tour et je suis partie m'acheter de quoi préparer des cocktails alcoolisés. Une idée stupide parmi tant d'autres, histoire de passer le temps. Faire des cocktails, les boire, finir bourrée, m'endormir en me promettant de ne pas recommencer le lendemain. Sauf qu'ensuite, la semaine me paraît extrêmement longue... alors je n'y tiens plus et je me prévois une soirée et je recommence à jongler entre les jus de fruits et le rhum. Hier, je me suis endormie en écoutant des chansons de (...)